La rage est une manifestation extrême de la colère et la haine nourrit la rage. Lorsqu’une personne est enragée, c’est parce qu’elle se trouve dans le spectre extrême de la colère. La haine est le type ultime d’émotion, qui fait que la personne ressent le besoin d’agir. Donc, souvent, la haine s’exprime sous forme de rage. La rage est également exprimée par une victime de la haine. La haine est la forme de colère la plus forte et la rage est l’exutoire. Elle peut survenir pour une raison que nous pensons juste et qui en réalité, ne l’est pas du tout, mais notre perception est pervertie par des émotions déplacées. 

Lorsque quelqu’un fume de colère vis-à-vis d’une personne ou d’une situation, il vomit un niveau volcanique de colère. Ce type de colère prend racine dans la haine, permettant à l’individu de se sentir temporairement libéré en explosant. 

La manière extrême de libérer ce type de colère laisse cet individu avec un sentiment de calme momentané. Cela lui donne même une sensation physique de libération face à un sentiment si intense. La colère libérée sous forme de rage via la haine est uniquement une libération violente des émotions. Ceci ne change pas les émotions après-coup. C’est notre manière de trouver un soulagement temporaire face à des émotions incontrôlables. Il existe des cas où une personne est tellement abusée qu’elle répond via la haine et la rage. Une victime de la haine peut également afficher de la rage comme résultat d’une persécution continue.

Dans ce cas, leurs sentiments sont fondés, mais s’ils ne sont pas utilisés correctement, ils peuvent faire plus de dégâts sur le long terme. Par exemple, il est bon de riposter, mais si vous tuez quelqu’un, vous devrez prouver que c’était justifié. Affronter le système judiciaire peut être très fastidieux et peut également endommager la psyché de quelqu’un au cours du processus nécessaire à prouver son innocence. Botter les fesses de quelqu’un qui vous a abusé demande beaucoup de contrôle pour ne pas aller jusqu’à le tuer. C’est le problème de la colère incontrôlable. La ligne est fine et vous pourriez aller trop loin. 

Tout comme la colère en général et la jalousie, la rage est une réaction de la réponse ‘fuir ou se battre’, que nous générons physiquement lorsque nous nous sentons menacés. Lorsque nous faisons face à la haine ou générons de la haine produisant de la rage, une quantité massive d’hormone est relâchée. Si nous restons, il y a de fortes chances que la violence physique s’ensuive. 

Lorsque notre colère devient de la rage, l’épinéphrine est relâchée dans notre sang et nous entrons dans un mode primal. Les personnes dans cet état d’esprit, que ce soit justifié ou non, ne peuvent pas penser clairement. Nos cerveaux ne peuvent produire qu’une idée à la fois ; la rage déclenchée par la haine est contrôlée par nos processus émotionnels plus que par notre processus de pensée. 

Nous avons tous fait l’expérience et exprimé de la rage sous certaines formes au cours de notre vie. La rage est catégorisée comme un moyen d’exprimer une agression hostile/affective/réactive. Elle implique également la colère qui est innée à la violence. Sa motivation est d’armer le déclencheur de la rage sans planification ou préméditation. C’est une réaction impulsive de colère. Beaucoup d’entre nous n’aiment pas voir ou afficher ce type de colère. La rage dérive d’une colère qui nous pousse aux bords d’une démonstration émotionnelle outrancière. 

La rage est considérée comme une réaction d’urgence. Il a été montré que la rage se déclenche lorsque quelqu’un sent une menace sur son honneur, son poste, son statut ou sa dignité. L’expression de rage est très intense. Elle est illustrée par une distorsion des expressions faciales, des changements de la voix et la menace, ou l’exécution d’une attaque physique. Elle est également, sans aucun doute, associée aux individus possédant des problèmes psychopathologiques. Ce type représente la catégorie dangereuse de la rage, de la haine et de la colère. 

Les personnes associant la rage avec une histoire psychopathologique sont enclines à la violence résultant en la blessure ou la mort. Les évidences ont montré que des problèmes de faible estime de soi sont sous-jacents à ce type de personnes. Ils compensent en infligeant de la douleur aux autres. Cette rage est également plus intense, moins centrée et dure plus longtemps. La rage de ces individus est due à une réponse narcissique à des blessures émotionnelles du passé.  

La colère est normale chez tout le monde. Elle est fondamentalement une sorte de mécontentement. La quantité de frustration que nous sentons et qui crée de la colère est une chose normale. La rage, en revanche, est une colère accumulée due à des traumatismes du passé. La colère est accumulée dans nos esprits et nos corps, culminant dans l’acte de rage. Les gens masquent leur rage via différents comportements, par exemple en voulant tout contrôler ou en étant déprimé.