Le slogan de communication « Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé » exprime parfaitement bien la mission dont nous devons être investis quotidiennement afin de préserver notre santé. Malheureusement, l’objectif est difficile à tenir. Chaque jour, nous sommes tentés d’acheter des produits industriels peu chers, faciles et rapides à manger, qui ne conviennent absolument pas aux besoins de l’organisme. La « malbouffe » ne semble jamais avoir eu une place aussi prépondérante dans nos modes de vie, au grand dam des nutritionnistes.

Les acides gras saturés, principaux composants d’une mauvaise alimentation

Les acides gras saturés sont la principale cause du développement des troubles liés au surpoids et des maladies cardiovasculaires. Ce « mauvais gras » provient principalement des aliments d’origine animale tels que le beurre, la crème et la charcuterie. Certaines substances d’origine végétale en contiennent également, comme l’huile de noix de coco et l’huile de palme. Mais ce sont les produits industriels dont il faut se méfier le plus car ils composent, pour bon nombre de personnes, l’essentiel de l’alimentation. Les biscuits du goûter, les chips de l’apéritif et les plats préparés du soir sont à consommer avec grande modération !

Manger gras, un facteur déclenchant des maladies cardiovasculaires

Une mauvaise hygiène de vie peut être à l’origine de troubles visibles, un excès pondéral par exemple, ou non visibles tels que l’hypercholestérolémie, l’hypertension artérielle ou le diabète de type 2. S’ils ne sont pas dépistés et traités à temps par des règles diététiques, de l’exercice physique voire un traitement médicamenteux, ils peuvent entraîner des complications cardiovasculaires graves tels que l’accident vasculaire cérébral, la crise d’angine de poitrine et l’infarctus du myocarde.

  • L’hypercholestérolémie désigne un excès de cholestérol dans le sang, qui se caractérise par l’apparition progressive de plaques de gras sur les parois des artères et empêche une bonne circulation sanguine. Le taux de cholestérol se mesure par une simple prise de sang.
  • L’hypertension se distingue par une haute pression du sang dans les artères ce qui, à long terme, fatigue le cœur et peut provoquer des accidents cardiovasculaires. Le meilleur moyen de détecter l’hypertension est de profiter des visites médicales pour demander à son médecin de prendre la tension artérielle.
  • Le diabète de type 2 survient surtout après quarante ans ou chez les sujets obèses, ce qui explique son apparition croissante chez les jeunes personnes. Il se caractérise par un déficit de la sensibilité à l’insuline, hormone sécrétée par le pancréas pour réguler la glycémie. Le diabète de type 2, s’il n’est pas pris en charge, est à l’origine de complications graves pour le cœur et les vaisseaux.

Les astuces à connaître pour retrouver une bonne alimentation

Un mode de vie sain, agrémenté par des exercices physiques et une alimentation équilibrée, sont les remèdes les plus naturels qui soient pour se refaire une santé et lutter contre les troubles cardiovasculaires (évoqués plus haut) ou liés au surpoids. Pour chaque problème de santé, un régime alimentaire spécifique doit être adapté. De manière générale, il convient néanmoins de privilégier les fruits et légumes et de limiter fortement les aliments riches en graisses.

  • Les bienfaits des acides gras insaturés

Les lipides, (tout de même) essentiels à notre organisme, doivent être apportés par des acides gras insaturés (mono et polyinsaturés). Parmi ces acides gras, les oméga 3, 6 et 9 aident à lutter contres les maladies cardiovasculaires. Les poissons gras, tels que le maquereau, le saumon et le thon, sont une source importante d’oméga 3. Les oméga 6 et 9 se trouvent principalement dans les graines et huiles végétales, notamment l’huile d’olive et l’huile de noix. Les oméga 3, 6 et 9 peuvent être également ingérés par l’intermédiaire de compléments alimentaires, sous la forme de gélules.

Outre les oméga cités, certains composés végétaux aident à lutter contre l’excès de cholestérol. Il s’agit des phytostérols, substances d’origine végétale présentes naturellement dans certaines plantes. Les phytostérols sont introduits dans quelques produits de consommation industriels, associés à un corps gras comme la margarine et les sauces alimentaires. Dans ce cas, les individus atteints d’hypercholestérolémie peuvent « manger du beurre » tout en prenant soin de leur santé.

Les troubles cardiovasculaires ne sont donc pas irréversibles et peuvent, dans certains cas, être traités en retrouvant une bonne alimentation et en pratiquant une activité physique, à maintenir de manière préventive.