Les effets indésirables de l’alcool sur le foie ne sont pas à prendre à la légère, la maladie alcoolique du foie peut petit à petit évoluer vers une cirrhose hépatique qui marquera votre foie de façon définitive. 

Pour y remédier, la première étape est de stopper immédiatement vos consommations de boissons alcoolisées.

Dans cette publication, vous découvrirez quels sont les risques d’une trop forte consommation de boissons alcoolisées. Nous vous donnerons ensuite nos conseils pour limiter les risques liés à une trop forte consommation d’alcool sur votre foie mais également au sein de votre organisme.

A partir de quelle quantité d’alcool ma consommation devient dangereuse ?  

Sachez que l’alcool peut être toxique pour votre foie, même si vous consommez de petites doses. 

Il est convenu que le seuil de consommation à partir duquel votre fréquence de consommation d’alcool peut abimer votre santé est à partir de 20g d’alcool par jour pour la femme et 30 g chez l’homme. 

Selon les estimations, les verres de boissons alcoolisées servis en débit de boisson contiennent approximativement 10 g d’alcool. 

Qu’il s’agisse d’un verre de vin rouge, de whisky, une pinte de bière, un shoot de vodka…. 

N’oubliez pas que quand une personne remplit un verre d’alcool à la maison ou avec des amis, le verre est souvent beaucoup plus rempli. 

Comment soigner les maladies du foie ? 

Pour stopper une stéatose, une hépatite alcoolique ou même une cirrhose du foie, la première chose à faire est d’arrêter de consommer des boissons alcoolisées.  

La meilleure alternative dont vous disposez est d’améliorer votre hygiène de vie et surtout d’arrêter la consommation d’alcool.

Certaines méthodes naturelles comme le radis noir pour détoxifier votre foie sont fréquemment utilisées et offre de bons résultats. 

En cas de dégradation avancée de l’état de votre foie, ne prenez aucun risque et consultez un professionnel de la santé. Ce dernier vous fera un diagnostic clair sur votre état de santé et les alternatives médicales possibles. 

En général, chez votre médecin la seule solution pour soigner rapidement le foie est d’arrêter de boire de l’alcool. Ainsi, la prise en charge de la personne souffrant d’une maladie alcoolique du foie par un docteur vise, tout d’abord, à obtenir la diminution ou l’arrêt de la consommation d’alcool.

Les maladies du foie causées par l’alcool

Diagnostiquer une maladie alcoolique du foie ?  

En règle générale, pour détecter un problème au foie (surtout en cas de fibrose), l’on utilise des tests sanguins. Ce test est réalisable à l’hôpital ou avec votre médecin. 

D’autres techniques de diagnostiques plus poussées permettent de mesurer l’élasticité du foie, et cela à partir d’une sonde posée sur le ventre du patient. 

L’alcool et la stéatose hépatique ? 

Quand l’on aborde le sujet des maladies du foie, la première conséquence d’une consommation d’alcool chronique s’appelle la stéatose. 

La stéatose hépatique définit une accumulation graisseuse au sein des cellules composant le foie du malade. 

Le point positif est qu’une simple limitation de la consommation d’alcool fait diminuer ces graisses. La meilleure solution est donc d’arrêter de boire. 

L’alcool et l’hépatite alcoolique ? 

Quand la stéatose s’est installée, elle peut s’aggraver et générer votre foie peut s’enflammer, ce qui endommage les cellules hépatiques.

Lorsque la stéatose s’installe et s’aggrave, une inflammation persistante du foie peut apparaître car les cellules hépatiques sont abîmées par l’alcool. En médecine, l’on appelle cela une hépatite alcoolique. 

Les symptômes de l’hépatite alcoolique sont les suivants : 

  • Fatigue, 
  • Maux de ventre, 
  • Nausées et/ou vomissements, 
  • Jaunissement de la peau ou même des yeux (coloration des yeux et de la peau). 

Soyez très prudent et stoppez immédiatement votre consommation d’alcool si vous êtes à ce stade. 

L’hépatite alcoolique précède très souvent une cirrhose du foie.

Lien direct entre la cirrhose du foie et l’alcool

Si vous buvez de l’alcool pendant une longue période, la cirrhose du foie peut se présenter rapidement. 

En effet, dans cet état, les cellules de votre foie souffrent déjà énormément, certaines sont mortes et d’autres endommagées. 

Elles sont petit à petit remplacées par la fibrose, un tissu cicatriciel du corps humain. 

Quand elle s’aggrave, la cirrhose entraîne une modification du tissu hépatique et votre foie peut devenir de plus en plus dur, voire pierreux. 

Cet organe perd alors ses propriétés de synthèse (production) de éléments indispensables telles que les protéines et les régulateurs de la bonne coagulation sanguine et lymphatique. 

Le foie perd ne peut plus éliminer correctement les éléments toxiques pour l’organisme, l’alcool également… 

Au début, la situation est souvent la suivante : vous ne vous sentez aucun trouble particulier, puis petit à petit les premiers symptômes arrivent. 

N’attendez pas qu’il soit trop tard. 

A une étape plus avancée, la cirrhose peut créer des œdèmes des jambes qui enflent, la présence de substance liquide dans l’abdomen et des potentielles troubles de la conscience pouvant aller jusqu’à une situation problématique de coma profond. 

Un autre point important est que la cirrhose du foie est irréversible.