Même s’il est naturel de se mettre en colère lorsque nous ressentons une injustice ou une menace, cela ne devrait pas faire partie de notre comportement quotidien. Si vous êtes toujours en colère, comme une bombe à retardement prête à exploser à propos de n’importe quelle petite chose, vous recevez un signal. Le signal est que votre colère devient incontrôlable. 

Il n’est pas facile pour quelqu’un de contrôler sa colère lorsqu’il est constamment stressé et sous pression, ce qui crée un sentiment d’injustice et de frustration. Mais il est important de l’appréhender avant que cela devienne préjudiciable plutôt que constructif. 

Les choses telles que les problèmes de santé, les ennuis familiaux, l’abus de substances, les problèmes financiers, la peur et le stress constant et un sentiment de vide peuvent contribuer à un état perpétuel de colère en nous. Même si la colère incontrôlée libère ces problèmes, elle peut également devenir une source énorme de nouveaux ennuis. Libérer sa colère de manière inappropriée peut s’ajouter aux problèmes de votre vie, augmentant encore la colère. 

La colère devient un réel problème lorsqu’elle blesse les autres. Les abus domestiques, la violence au volant, sur le lieu de travail et les comportements sociopathiques sont des problèmes survenant en raison d’une colère non gérée. C’est la colère mal gérée qui est le problème numéro un, source de conflit dans vos relations personnelles et de travail. 

La colère est une émotion très puissante. Lorsqu’elle est incontrôlée, elle devient une habitude comportementale de toute une vie, presque un réflexe. Ce n’est pas une habitude facile à perdre. La première chose à faire lorsque vous sentez que la moutarde vous monte au nez est de ne rien faire du tout. 

Demandez-vous pourquoi vous êtes en colère. Donnez-vous un niveau de colère sur une échelle de 1 à 10. 1 est modéré, 10 est fou furieux. Une fois décidé à quel point vous êtes en colère, regardez la personne qui a déclenché la colère pour voir si elle est la source réelle ou juste un déclencheur. Ensuite, rapidement, via une représentation mentale, imaginez que vous êtes l’autre personne et la manière dont vous aimeriez être traité dans de telles circonstances.

Si c’est une relation personnelle qui vous met en colère, essayez d’identifier si la colère est projetée en raison d’une mauvaise attitude ou d’une idée qui fait qu’en premier lieu, vous êtes en colère contre cette personne. Décidez consciemment de rester calme. Ne réagissez pas. Pensez.

Si vous sentez que ce grondement comme à l’intérieur et que votre sang commence à bouillir, c’est le signal de retrait. Éloignez-vous de la situation. La meilleure chose à faire serait de sortir. Si vous ne pouvez pas, rendez-vous dans une autre pièce et fermez la porte pour vous éloigner de cette personne. Lorsque vous êtes seul, essayez des techniques de relaxation. Il est important que vous calmiez votre système nerveux autonome. Effectuez des profondes respirations diaphragmatiques. 

  1. Inspirez par le nez en comptant lentement jusqu’à trois. 
  2. Poussez votre ventre vers l’extérieur à mesure que vous inspirez.
  3. Soufflez par la bouche en comptant lentement jusqu’à six.
  4. Répétez deux fois de plus.

Si cela vous étourdit, ralentissez votre respiration. Pratiquez cette technique au quotidien, trois fois par jour. Utilisez-la dès que vous sentez qu’apparaît le stress. 

Voici d’autres techniques de méditation que vous pouvez utiliser pour vous calmer. 

Réaction de détente

Dans cette technique, vous choisissez soit un mot, soit une phrase telle qu’une courte prière afin de concentrer vos pensées. Ceci est utilisé en tant que mantra et peut être aussi simple que dire le mot ‘paix’ dans votre esprit, encore et encore, éteignant la source d’agitation. Lorsque vous faites cela, respirez profondément. De manière idéale, éloignez-vous du facteur de stress et choisissez un endroit silencieux. Fermez les yeux et détendez-vous. Si votre esprit commence à errer, ramenez-le à ce mot ou cette phrase. Vous devriez pratiquer pendant de 10 à 20 minutes si possible. 

Pratiquez cela chaque jour, afin d’être en mesure de le faire aisément. L’inclure à votre journée vous aidera à baisser vos tensions au quotidien.

Méditation de la pleine conscience 

C’est une technique assez simple, mais pas si facile à maîtriser. Cet exercice devrait durer environ 15 minutes et vous devriez l’inclure à votre journée de manière régulière.  

Commencez par vous asseoir ou vous allonger paisiblement. Observez votre respiration entrer et sortir. Ne faites attention à rien de ce qui peut se passer dans votre corps. A mesure que les pensées entrent dans votre esprit, laissez-les partir. Ne soyez conscient que de la présence du moment. Vous pouvez effectuer cette méditation lorsque vous mangez, marchez ou buvez, simplement en vous concentrant uniquement sur ces activités. Vous pouvez vous arrêter et faire attention à votre respiration tout au long de la journée. Ceci vous aide à cultiver une manière d’être plutôt qu’être en permanence dans un mode d’urgence. 

L’objectif d’une respiration profonde et de la méditation est de détourner l’énergie négative et de rediriger l’énergie positive vers nous. Au niveau physique, ces exercices baissent la tension artérielle et la réponse ‘fuir ou se battre’ que cause la colère. Si vous ne pouvez pas vous en aller, allez jusqu’à une fenêtre, ouvrez-la, regardez dehors pour vous reconcentrer et respirer. Le but de tout ceci est d’être en mesure de vous déconnecter de ce qui déclenche votre colère. 

Si vous êtes pris dans un dilemme, reculez pendant une minute plutôt qu’essayer de sauter dans l’incendie. Prenez un moment pour réfléchir à ce qui se passe. Parfois, nous sautons trop rapidement et provoquons une réponse qui déclenchera définitivement notre colère. Essayez de prendre du recul et de voir la situation générale. Ensuite, déterminez si votre colère est légitime. Prenez quelques respirations puis dites que vous êtes en colère et pourquoi. Si vous constatez que votre colère augmente, excusez-vous et partez jusqu’à temps que vous soyez en mesure de vous calmer. Si prendre du recul n’est pas assez, demandez du temps pour faire une pause. 

La pause peut être d’une heure, d’un jour… tout ce vous jugez nécessaire pour vous regrouper plutôt que céder à la rage. S’il s’agit d’une réunion de travail, demandez de la reporter parce que vous êtes trop en colère pour continuer.

La prochaine fois que vous vous sentez échaudé, rembobinez et pointez le déclencheur. Était-ce un problème passé qui a refait surface suite à ce nouvel ennui ? Donnez-vous le temps de découvrir exactement ce qui vous a mis en colère et pourquoi. Cela pour pouvoir le corriger de manière rationnelle. Vous pourriez avoir à rejouer la scène une paire de fois dans votre tête. Votre colère peut être légitime, mais cela vous donne le temps de la gérer et de faire valoir votre point de vue efficacement. 

Marcher, ou tout autre activité physique, est un bon moyen de ralentir la colère lorsque vous sentez qu’elle survient. Il a été découvert que lorsque vous marchez, la colère s’épuise en réponse au mouvement nécessaire en termes d’énergie. Évitez de marcher d’un pas rapide et tendu parce que cela peut nourrir la colère chez quelques-uns. Il a été démontré que les individus fréquemment en colère montrent des signes d’amélioration après avoir intégré une promenade trois fois par semaine dans leur style de vie. 

Une personne en colère n’est pas nécessairement une mauvaise personne. Elle possède simplement un problème de colère qui doit être contrôlé. Gardez à l’esprit que la colère contre ce qui est malsain n’est pas mauvaise en soi, si la raison est justifiée. Nous sommes supposés nous battre et nous défendre. Mais chaque fois que nous nous mettons en colère ne doit pas impliquer une expérience qui altère la vie, créant des dégâts sur vous-même et les autres.