Nous nous mettons tous en colère. C’est une réaction naturelle à la frustration que nous ne pouvons plus supporter. La colère a un seul point de départ. Elle démarre avec la manière dont nous nous sentons à l’intérieur, nos émotions internes. L’amertume et le ressentiment sont les combustibles nourrissant le feu de notre colère. 

Les traditions orientales parlent de cette énergie en tant qu’énergie du feu. Ici, à l’Ouest, nous nous référons à la colère comme le fait d’être échaudé, ce qui est la même idée. Nous avons tous entendu la phrase “ j’étais tellement en colère que mon sang bouillait ”. En réalité, l’énergie du feu en soit et pour soit n’est pas la colère. Le problème véritable est que les gens ne savent pas contenir cette énergie de manière constructive et qu’elle résulte en une forme de colère. 

Lorsque nous ressentons la colère intérieure, c’est principalement parce que nous sommes fâchés par quelque chose ou quelqu’un à l’extérieur de nous. Les cinq raisons principales qui font que nous sommes en colère sont :

  1. Nous nous sentons privé de toute autonomie – Cela parce que nous sentons que nous n’avons aucun contrôle véritable sur nos vies. Le sentiment d’être démuni fait que l’énergie du feu se manifeste en agissant, en étant arrogant et en nous emballant avec un faux sentiment de bravade qui se terme en une sorte de crise.
  1. Nous nous sentons démunis – C’est, en fait, l’autre côté de la colère parce que c’est une forme de peur. Les privations nous font ressentir que nous n’obtenons pas ce que nous méritons ou ce que nous voulons. Les personnes qui se sentent privées recourent souvent au comportement de contrôle. Ils tendent à s’engager dans des actes cupides et cruels. Ils sont très fiers. En interne, ils sentent un fort sentiment de faible estime de soi et ils ne possèdent pas de compétences de contrôle de soi. Ils possèdent un manque de volonté, de discipline personnelle et de fermeté.
  1. Nous sommes accablés – Les personnes accablées se sentent surchargés, d’où résulte le sentiment de victime, ‘pauvre de moi’. Ils sentent que tout le monde, le monde entier, leur impose quelque chose. De l’autre côté est le besoin de ressentir qu’ils doivent s’occuper de quelqu’un. Ils sentent qu’ils doivent plaire à tout le monde. Ils doivent s’accommoder et répondre aux besoins de chacun. Étant accablés, ils sentent qu’ils doivent gravir une montagne, qu’ils sont enlisés par trop de responsabilités. Cela a pour conséquence qu’ils sont incapables de terminer ce qui leur est demandé. Lorsque cela survient, ils sont frustrés, comme si leurs vies ne leur appartenaient pas. 
  1. Nous nous sentons inadéquats – Le sentiment d’inadéquation dont souffrent les personnes est que rien de ce qu’ils font ou possèdent ne leur correspond. Ils se sentent agités parce que leurs sentiments ne sont pas adéquats. Il existe toujours un sentiment de culpabilité et de honte chez eux : ils ne sont pas assez bon. Ils doivent toujours être meilleurs que l’autre personne sur une échelle de 1 à 10. Ils ont toujours besoin d’être à 11 ou de répondre par la haine d’eux-mêmes et l’anxiété s’ils sentent que ce n’est pas le cas. Avoir toujours raison est un besoin pour eux. Ils se sentent également menacés si leur identité est défiée. 
  1. Lorsqu’une personne ne comprend pas la dynamique plus profonde de la maturation émotionnelle – Cette raison est claire. Lorsque nous répondons sans contrôle de nos émotions ou de la rationalité, nous sommes sujets soit à des colères internes, soit à des explosions externes. 

Ce ne sont pas toutes les causes de colère interne, mais quelques-unes des plus communes. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui utilisent différentes techniques pour s’aider à mieux gérer leur colère intérieure. 

La partie du corps correspondant à l’idée d’énergie du feu est notre région de l’abdomen ou de l’estomac. C’est pourquoi tant de technique incluent l’idée de respirer dans cette région, pour lui donner la possibilité de calmer ce feu faisant des remous. Respirer profondément prend cette idée depuis notre tête et la redirige vers la source, qui est le fond de notre ventre. En incluant la respiration profonde dans nos styles de vie, nous faisons circuler cette énergie du feu partout dans le corps, ce qui est une bonne chose. L’énergie du feu est une force de vie affirmative. Lorsqu’elle est dirigée correctement dans nos corps, elle nous aide à posséder de la force, du courage, de la constance, du dynamisme, de la créativité, de la confiance, de l’engagement et de l’amour de soi.

Lorsque nous sommes en colère, nous utilisons mal cette énergie du feu ; résultat, allume la colère. Nous nous « grillons » – pas uniquement dans le sens de ressentir de la fatigue et de l’épuisement, mais également dans le sens que nous cherchons constamment des manières de nous sentir heureux et en sécurité. Nous grillons notre vitalité, ce qui nous rend faible au niveau émotionnel. 

Voici un exercice pouvant vous aider à apprendre comment laisser partir ces sentiments de colère interne. Pour ce faire, vous avez besoin d’un endroit calme, sans télévision ni radio allumées. Il demande entre 20 et 30 minutes de temps ininterrompu. Et vous avez besoin d’un esprit ouvert pour commencer. 

Pensez à une situation qui vous a mis extrêmement en colère. Replacez-vous dans cette situation par une visualisation de l’esprit. Sentez de nouveau tous les sentiments. Vous pourriez avoir à fermer les yeux. Rendez cette situation réelle. Permettez à tous vos sens s’entendre, sentir, goûter et toucher les mêmes choses, de la manière dont ça s’est déroulé. 

Lorsque vous êtes totalement en mesure de revivre la situation, dites-vous : “ Mon égo a été blessé et je comprends totalement pourquoi ”. Puis retracez toutes les choses qui sont arrivées, créant les blessures, en les annonçant. Permettez à votre égo d’être aussi bouleversé et émotionnel qu’il le souhaite. Vous pouvez contempler la revanche, la pitié pour vous-même, tout ce que votre égo juge nécessaire pour réparer les dégâts subis. Sentez-vous débordant de ces sentiments. Visionnez-les comme une grande casserole d’eau remplie à ras bord et prête à bouillir. Laissez bouillir la casserole, laissez les sentiments s’évacuer sur le poêle, la cuisinière, le comptoir et le sol. Laissez-les déborder. 

Suivez l’eau bouillante débordant aussi loin que vous le souhaitez. Laissez l’eau passer du sol à l’infini si nécessaire. Notez également que l’eau commence à refroidir à mesure qu’elle se répand. Laissez-la se répandre jusqu’à ce qu’elle cesse de bouillonner et soit froide. N’allez pas trop vite. Laissez votre sentiment bouillir et se refroidir à son propre rythme. Le sentiment peut être si intense qu’il prend beaucoup de temps pour bouillir et se répandre. 

Lorsque l’eau commence à disparaître, la température de l’eau devient celle de la pièce ; voyez si vous sentez d’autres émotions. Si vous :

  1. Sentez l’envie de rire
  2. Sentez l’indifférence
  3. Sentez un sentiment de calme ou de paix
  4. Vous sentez épuisé ou fatigué
  5. Vous sentez soudainement élevé
  6. Sentez une libération soudaine d’énergie
  7. Sentez un sentiment de pardon

Ce sont des signes indiquant que vous laissez partir la colère. 

Il est dit que vous seriez surpris de noter comme il est facile pour nous de faire face à nos propres sentiments une fois que nous avons appris à quel point ils nous contrôlent profondément. Ce livre offre l’idée de gérer notre colère de manière très saine. Personne n’est parfait. Nous nous mettons tous en colère et nous continuerons à le faire. Cela fait partie de la nature humaine. Mais nous ne devons pas la laisser contrôler nos vies. 

Il est dit de contrôler la bête qui est en nous. Dans ce cas, la bête est la colère. Nous pouvons l’utiliser lorsque nous en avons besoin puis la laisser partir juste après. Il existe une façon pour exprimer une colère saine. Lorsque nous nous sentons en colère, nous devrions être en mesure de l’exprimer pour la libérer et continuer notre vie. Lorsque nous en avons terminé, ni nous ni les autres ou les choses autour de nous ne doivent être pire. C’est le moment d’apprendre ce qu’est la colère pour l’utiliser de la bonne manière et apprendre à ne pas être victime de celle des autres.